Blog, Santé
comments 3

Non au gaspillage alimentaire.

Lancée il y a une semaine par Arash Derambarsh et Matthieu Kassovitz, la pétition « Stop au gâchis alimentaire en France«  a déjà récolté plus de 100.000 signatures.

Cette pétition fait suite à l’initiative de recueillir à l’aide de bénévoles, les invendus de supermarchés afin de les redistribuer aux personnes nécessiteuses. L’objectif ? « Obtenir une loi imposant à tous les supermarchés de distribuer leurs invendus et pas seulement les hypermarchés de plus de 1000m2 ». Arash Derambarsh était d’ailleurs entendu aujourd’hui à l’Assemblée Nationale afin de pousser le gouvernement à légiférer.

gaspillage Mais pour lutter contre le gaspillage alimentaire, le gouvernement avait lancé en octobre 2014 près de 200 opérations de sensibilisation recensées sur le site alimentation.gouv.fr, ainsi qu’une campagne de communication. Toujours en ligne, les « 10 initiatives » et manifestations nationales sont à retrouver ici. Certaines ne prenant effet que la semaine du 16 octobre 2014 (journée d’action), d’autres étant effectives tout l’année.

Crédit : Ministère de l’agriculture / gaspillagealimentaire.fr

Crédit : Ministère de l’agriculture / gaspillagealimentaire.fr

Ainsi apprend-on que « les magasins du Groupe Casino sont engagés dans un partenariat solidaire avec les Banques alimentaires. Ainsi, quelques jours avant la date de péremption, les produits sont donnés aux Banques Alimentaires. Ce sont plus de 4,8 millions d’équivalents repas qui ont été distribués ».
Le groupe Carrefour a quant à lui lancé un site « anti-gaspillage » . Il propose des recettes en partenariat avec Marmiton pour plus d’ingéniosité et moins de gâchis, mais également des sensibilisations internes et destinées aux consommateurs.


Le 16 octobre 2014, le collectif Les Gueules cassées lançait le label Quoi ma gueule?. Une campagne choc de « fruits et légumes moches » aussi bons (voir meilleurs) que les autres, qui avaient eux aussi le droit de trouver preneurs. Loin des calibrages et du dénigrement d’une sélection basée sur les qualités nutritives, des études récentes montrant que cette dégénérescence agro-alimentaire a conduit à ce qu’une pomme de 1950 corresponde à 100 pommes d’aujourd’hui en terme d’apports.

quoi ma gueule

A ce propos, le collectif lance sa première gamme de produits « Antigaspi » vendus 30% moins cher. Pour soutenir le projet, c’est sur KissKissBankBank que ça se passe.


L’objectif du gouvernement est de réduire de moitié le gaspillage alimentaire en France d’ici à 2025. Dix ans pour résoudre la surconsommation mais surtout la surproduction alimentaire. 50% de la production alimentaire mondiale serait gaspillée, perdue ou jetée entre le champ et l’assiette. En France, c’est entre 20kg et 30kg de nourriture jetée par année et par foyer. Des chiffres alarmants mais pas irrémédiables !

A l’échelle des régions la DRAAF (Direction Régionale de l’Alimentation, de l’Agriculture et de la forêt) a élaboré un guide, disponible ICI, pour lutter contre le gaspillage alimentaire et améliorer l’alimentation des personnes les plus précaires. Un guide complet s’adressant aux restaurants et associations alimentaires. Au « menu » : Quelles denrées peuvent être resservies aux convives ? Quelles sont les conditions pour réutiliser les denrées ? Qui est responsable en cas d’intoxication ? Mais également des FAQ et infographies visant à tuer l’idée que « si j’ai du surplus, c’est que je gère mal », le tout en faveur de partenariats avec des associations locales.

DRAAF

Une bonne initiative avait vu le jour pour vous aider (à l’échelle d’un foyer) à tenir à jour l’état de votre réfrigérateur. Il s’agit de l’application Checkfood. Sur le papier merveilleuse, vous n’avez qu’à scanner les codes barre tous les produits alimentaires se trouvant chez vous, du placard au frigo, et l’application se charge de vous envoyer des rappels à l’approche de la date de péremption. Problème, il n’y a qu’à consulter la liste des avis sur l’Appstore pour se rendre compte qu’une mise à jour est vitale à l’application, celle-ci (laissée à l’abandon ?) subissant crash en tous genres ou bien ne fonctionnant pas depuis le passage à iOS8.

Alors comment faire pour vous aussi « moins gâcher » ?
Tout d’abord en ayant un regard plus averti sur les dates limites de consommation (DLC = consommer avant fin)… à ne pas confondre avec les dates limites de consommation optimales (DLUO = à consommer de préférence avant le). Ainsi l’Anses (Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail) indique concernant les DLC « qu’au delà de celle-ci, le produit devient réglementairement impropre à la consommation car il peut présenter des risques pour la santé du consommateur ». Quant à la DLUO, la DGCCRF note simplement que le produit «peut avoir perdu tout ou partie de ses qualités spécifiques, sans pour autant constituer un danger pour celui qui le consommerait»*.
Ensuite en ne sur consommant pas. N’acheter que le nécessaire et surveiller l’état de ses produits frais. A ce propos je vous invite fortement à aller visiter le site de Camille Pic Mange tes légumes et notamment cet article à l’infographie bien sentie, qui vous permet de vous y retrouver niveau conservation de ses fruits et légumes (au frais ? tempéré ? dans du papier ?).

De bons conseils sur Mange tes Légumes

De bons conseils sur Mange tes Légumes

Enfin, apprenez à tirer parti de chaque aliment sur le point de finir à la poubelle. Des tomates qui flétrissent ? Hop une sauce tomate à mettre en pots au congélateur. Des légumes abimés ? Parfait en tarte ou en soupe. Des fruits trop mûrs ? Un cake sucré, à manger toute la semaine au goûter, ou à apporter à ses collègues le lendemain midi. Les yaourts fonts d’excellentes sauces à crudité, la viande se congèle. Quant aux légumes qui seraient déjà impropres à la consommation, ou aux épluchures : on stocke le tout dans une bassine et on en fait du compost. Idéal comme engrais, il peut même donner la pêche à vos géraniums si vous habitez en appartement.

Et puis on en profite pour penser à la planète, en évitant les produits « à triple emballage », et en investissant dans des sacs de course en tissu ou en papier recyclé. Quant aux cartons d’emballages (yaourt,…) : on pique l’idée à ma grand mère et on les transforme en post-it ou en support à dessin pour les enfants !

Vous allez vous remercier de sortir les poubelles moins souvent 😉

*Source http://www.20minutes.fr/planete/787800-20110915-dates-peremption-faut-il-respecter-jour-pres

3 Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *