Art, Blog, Culture, Sortir
Leave a comment

Stan Manoukian

Une exposition à ne pas manquer ce mois ci si vous habitez ou êtes de passage sur Paris : celle de Stan Manoukian.

Du 4 au 28 février, Stan expose au 22 rue de Picardie dans le 3eme arrondissement de Paris. Découvert grâce à un autre talentueux illustrateur / graphiste : Rolito, le monde merveilleux et inquiétant de Stan nous emmène à travers des mondes peuplés de créatures inquiétantes et féériques qui feraient baver d’envie Guillermo Del Toro. Rencontre virtuelle avec l’artiste, afin d’en savoir plus sur cet événement…

Concernant l’exposition : comment est né le projet, quelles oeuvres y trouvera-t-on, et lesquelles seront à vendre ?

« Le projet est né d’une discussion avec Julien Brugeas qui s’occupe de la galerie Glénat et qui connaissait mon travail sur mon « monde imaginaire » et de l’envie de montrer au public en France mon travail d’exploration depuis 9 ans, ce qui n’avait pas été fait jusqu’a présent. L’expo va donc réunir tout un travail d’exploration et de recherche sur cet univers comme une sorte de cabinet de curiosité ou d’encyclopédie qui référence ces créatures ainsi que des « planches » zoologiques des ces bestioles dans leur environnement naturel, comme de vieilles gravures, de la plus petite à la plus grande. Plus d’une centaine de dessins au total. Il y aura également une partie des oeuvres faites spécialement pour l’expo dans la pièce principale. L’intégralité des dessins sera disponible à la vente. »

creature stan manoukian

J’ai découvert Diary of inhuman species, et tes « monstres » qui me font penser aux dessins des « Onis » (démons de la mythologie japonaise). Combien de temps passes-tu par dessin ? Comment t ‘es venue l’idée de dessiner ces bêtes ? Et surtout quelles sont tes inspirations ?

« Il y a neuf ans j’ai commencé comme « exercice » à dessiner une créature quotidiennement et à poster sur un blog que j’ai crée spécialement pour l’occasion, j’avais besoin d’un rendez-vous avec les internautes pour continuer à me motiver et à ne pas me décourager.
Les réactions ont été très bonnes, le public à grossi et j’ai pu expérimenter plein de techniques différentes, du noir et blanc à la couleur. Je savais que le thème des créatures imaginaires n’avait pas de limite. Ça a duré trois ans et puis j’ai senti une véritable frustration et surtout  l’envie de me servir de cette expérience pour aller plus loin, créer un univers et être plus ambitieux. Je me suis laissé porter par mon rythme et mes envies, pouvant passer plusieurs jours sur un dessin et en essayant de trouver une sorte de logique naturelle à cet environnement. « 

« J’aimerai qu’on puisse situer mes dessins entre Gustave Doré et le Muppet-Show »

« Il y a deux ans j’ai reçu la visite de Brandt Peters et de Kathie Olivas, deux artistes américains reconnus, propriétaires d’une galerie. Ils m’ont demandé ce que je faisais de mes dessins et si cela ne m’intéresserait pas d’exposer dans leur galerie. J’ai bien sur accepté !! Mes dessins allaient enfin être vus « en vrai » plutôt que de rester dans un carton et puis ça allait me donner un moteur et un but pour concrétiser mes envies artistiques plus ambitieuses. Comme faire de la sculpture ou des oeuvres plus grandes ! Depuis j’ai exposé fréquement aux états-unis et au japon….. C’est vraiment génial !
Je m’inspire de la culture populaire qui a bercé mon enfance, des films de monstres et de science fiction Japonais, Américains ou Italiens, des mythes et contes, des encyclopédies et vieux livres du XVII et XIXe siècle et du Muppet Show… J’aimerai qu’on puisse situer mes dessins entre Gustave Doré et le Muppet-Show… Mais j’ai encore beaucoup de travail pour arriver à ce niveau ! « 

ForestMonstersfullw

Quels sont tes projets à présent, une fois l’exposition terminée ?

« J’ai pleins de projets et d’envies en tête, mais j’ai deux expos importantes pour moi prévues pour Juin et Octobre à Albuquerque et New-York, je vais essayer de ne pas m’éparpiller et de pousser plus loin mon travail pour le montrer au public. Faire plus de sculptures et de grandes pièces et dévelloper ce rapport direct que les visiteurs peuvent avoir avec une oeuvre quand ils vont dans une galerie, internet ouvre beaucoup de possibilités et de visibilité mais c’est comme regarder avec de la distance à travers une fenêtre. »

stan manoukian expo

Du 4 au 28 février, 22 rue de Picardie 75003 Paris.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *