Blog, Cinéma, Solidarité
Leave a comment

Des cinémas proposent des séances adaptées aux autistes.

Bruit environnant, réactions « démesurées » : pour de nombreuses familles, une simple sortie au cinéma avec leur enfant atteint d’autisme peut s’avérer être une expérience délicate et stressante.  Au Canada, quelques salles ont revu leur fonctionnement pour leur proposer des séances adaptées.

Les parents d’autistes sont souvent confrontés à des spectateurs qui peuvent ne pas comprendre les réactions de leur enfant et s’en trouver gênés. « C’est agréable d’être entouré de personnes qui comprennent, et de venir voir un film au cinéma sans sentir aucune pression » raconte Daryl Thompson, père d’un enfant autiste âgé de 6 ans. Pas de musique ni de jeu vidéo dans le hall d’accueil, et une « break room » (zone de repos) pour que les parents puissent tranquillement calmer leur enfant en cas de crise. « Cela attriste de savoir que nous ne pouvons pas prendre part à de nombreuses activités, nous voudrions que nos enfants aient les mêmes expériences que les autres » confie Michael, un autre père de famille. Des parents confrontés aux troubles sensoriels propres à chacun de leurs enfants « ce n’est pas fun de passer sa séance à leur couvrir les oreilles. On ne peut ni contrôler le volume, ni la foule qu’il y aura dans la salle ».

Si des associations avaient auparavant organisé des projections pour personnes atteintes de troubles du spectre de l’autisme, c’est la première fois qu’un groupe de cinémas prend lui-même les choses en main. L’entreprise Canadienne Cineplex Entertainment s’est associée à Autism Speaks Canada pour lancer les « sensory friendly screenings« , et samedi dernier, c’était le film Bob l’éponge qui était à l’honneur.

sensory_logo

Lumières tamisées et non éteintes, film en 2D, volume sonore abaissé et nombre de spectateurs limité, chaque 4 à 6 semaines Cineplex réserve dans une douzaine de salles la séance de 10h30 à un public plus sensible.

Aucune initiative du genre n’est pour l’instant prévue en dehors du Canada, mais il faut garder bon espoir qu’une si belle idée nous parvienne, pour le plus grand confort des familles.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *