Blog, Solidarité, Technologie
Leave a comment

Hand’speaker : le gant qui traduit la langue des signes en parole.

Et si les sourds et malentendants pouvaient se faire comprendre de tous ? C’est le projet de six étudiants de l’Ecole des Mines de Nancy qui ont mis au point un outil traduisant instantanément la langue des signes en voix de synthèse…

A l’origine de cette idée : un projet étudiant ARTEM sur le thème « d’innovation technologique à portée sociale » sur lequel ont planché Salah Ghamizy et ses camarades de classe : Julian Morel, Tracy Rival, Pierre-Henri Valin, Pierre Bimangu et Eloyse Gingeyne.
Hand’speaker se compose de gants numériques (équipés de capteurs) et d’une application mobile. Les capteurs reconnaissent les mouvements des mains et des articulations, puis les communique instantanément au smartphone via une application. Cette dernière analyse les phrases et mots prononcés par l’utilisateur et les retranscrit en texte ou en parole, grâce à un boîtier vocal, à l’interlocuteur.

L’idée – révolutionnaire – de ces étudiants en est déjà à de nombreuses récompenses (Prix national des entrepreneuriales, prix Startem, prix de la Banque de France du concours Creativ’Est, prix de la créativité du jeu #filmetaboîte) et pour cause : elle permettrait de reconnecter les personnes sourdes ou malentendantes au reste de la population ne sachant pas « lire » la langue des signes.

Si Hand’speaker en est encore à l’état de prototype, il s’annonce d’ores et déjà comme une révolution pour l’intégration des personnes sourdes ou malentendantes dans la vie active. En effet, 15% d’entre elles sont au chômage, un chiffre qui monte jusqu’à 60% chez les personnes les plus lourdement handicapées.

Source : Sciences et Avenir

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *