Blog, Rencontres
Leave a comment

Patrick au pays de SAMCRO

Alex, Gregory et Elise ont tous trois le pass Mayhem. Depuis bientôt 15 minutes ils attendent dans la longue file qui mène au bureau des autographes. Le sous-sol du Grand Rex est sombre, tapissé d’éclairages rouges. On pourrait croire qu’il est 3h du matin, qu’il s’agit d’un rassemblement underground à l’ambiance mi-bordel mi-parking et pourtant, à quelques mètres de nous se trouvent les acteurs emblématiques d’une série culte : Sons of Anarchy.

Chaque pass leur a coûté 365€. Ils s’y sont pris à l’avance, il y a deux mois et demi, après qu’un ami les a prévenus. Elise est nouvelle venue au pays de SAMCRO « je me suis fait les 7 saisons en 3 semaines ». A ce prix là ils auront droit à une photo et un autographe, coûtant respectivement 45€ et 25€ pour qui n’aurait pas été prévoyant. Soudain leurs regards se remplissent d’envie, tous braqués vers un seul homme « c’est l’un des First 9 » murmurent-ils. Ma curiosité bifurque, me voici face à Patrick.

Patrick ne parle qu’anglais. Il vient de Suède. Pendant la conférence de questions / réponse avec les acteurs, il s’est immédiatement levé, ne s’embarrassant pas de la timidité d’un jeune premier. Il n’a pu poser qu’une seule question mais ne repartira pas les mains vides. Ce moment il l’attend depuis longtemps.

SOA humanizer

500€, c’est ce que lui a coûté son pass « First 9 « . Il n’y en avait que 9 disponibles à la vente sur le site de réservation de billets, « worth it » me répond-il du tac au tac : ça en vaut la peine. « C’est l’une des meilleures séries ». Fan des acteurs, il avait déjà rencontré Kim Coates (qui campe le rôle de Tig dans la série) en Allemagne, ainsi qu’un autre acteur de la série quelques jours auparavant devant son hôtel. Je pense au hasard des rencontres, la suite de la conversation me prouvera qu’il parlait bien de son hôtel à lui (l’acteur). Il continue « j’ai une théorie. Lorsqu’une série est vraiment bien, avec le bon casting, tout semble complètement réel, comme un documentaire… » avant d’enchainer « même maintenant il est dur de les appeler par leurs vrais noms ! ».

Patrick me montre son affiche dédicacée. Il ne s’agit pas d’une affiche ordinaire au papier glacée dont raffolent les acteurs américains en déplacement sur une convention. Elle est grande, encadrée, de bonne qualité. Se limite-t-il à cette série ou est un un adorateur compulsif ? « j’aime beaucoup Prison Break. Je suis fan de T-bag et un jour j’ai eu la chance de le rencontrer. C’était étrange de le voir avec des mains ! ». La frontière entre réalité et fiction s’estompe.

Il restera ici toute la journée. De 11h à 18h, sans relâche, « je ne veux rien rater. Je retourne à l’hôtel pour dormir mais je n’y laisse rien, je prends mes photos et autographes avec moi. Ca a si vite fait de disparaitre ».

patrick2 humanizer SOA

Lundi il retournera en Suède, où il est serveur. Il a posé des jours pour venir à Paris, et les récupèrera en faisant quelques extras. « Ma maison est remplie d’autographes. Je suis fan de films, j’ai plus de 8.200 dvd chez moi ». Je repense au film Bodyguard, puis lui demande quels sont ses biens les plus précieux « j’ai celui d’Elizabeth Taylor, Clint Eastwood… C’est dur de savoir quel est le meilleur car j’en ai près de 900 ». Patrick a démarré sa quête il y a plusieurs années. Une quête en grande partie… épistolaire « 10% de mes lettres reçoivent une réponse ».

« J’avais pour habitude de noter dans un carnet la date d’envoi de ma lettre à une star, et en face la date de réponse de celle ci. Un jour j’ai reçu un autographe d’Elizabeth Taylor, je suis allé chercher sur mon ordinateur la date exacte d’envoi… Elle avait mis plus de 5 ans à me répondre ».

Après Sons of Anarchy Patrick s’envolera pour Londres où les abords d’un tapis rouge l’attendent. Il me parle de Douglas Fairbanks, dont il a récolté la signature une semaine avant sa mort, ou celle de Leonard Nemoy, décédé la veille. Son rêve serait d’avoir l’autographe de Brad Pitt, qui l’énerve. « J’ai déjà rencontré Brad, mais il est paresseux » son ton change légèrement, le récit fait place à la plainte « c’est vraiment malpoli de sa part : Il signe uniquement avec ses initiales. BP. Il y en a de plus en plus d’ailleurs qui n’écrivent que deux lettres. Quand on rencontre une star, on s’attend à un vrai mot, à une phrase ! ». Il referme le chapitre sur un constat sans appel « J’ai ses initiales en plusieurs exemplaires mais ce ne sont pas de vrais autographes ».

Je lui souhaite bonne chance dans sa quête et le laisse ranger méticuleusement son affiche dans son sac à dos. Il tire une photo de sa pochette noire, me talonne puis s’arrête. Le voici dans une autre file. Devant lui encore quelques minutes d’attente pour rencontrer Michael Ornstein. L’acteur est très dévoué et chaleureux, Patrick a le sourire aux lèvres et des yeux d’enfant. Je me dirige vers la sortie laissant sa poursuite du bonheur derrière moi, en me souhaitant de connaître un jour telle ferveur.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *