All posts filed under: L’image

Être humains.

© Benjamin Filarski / @StudioHansLucas Nous sommes les êtres humains. Nous sommes celles et ceux qui célébrons à raison la vie. Parce que nous aimons, rions, pleurons, parce que nous n’avons pas peur des émotions. Parce que nous ne sommes pas des machines au service de la mort, des hommes déshumanisés. Puisqu’il est question de guerre, nous vaincrons. Nous sommes la vie. .

Festival Mawazine 2015

Y a de la joie. A Rabat, la musique s’écoute et se vit avec passion pendant neuf jours au rythme de Mawazine. Cette image me rappelle cette foule qui n’en est presque pas une, lors d’un festival rassemblant plus de 2 millions de spectateurs et pourtant à échelle humaine. Et encore et toujours le sourire de ses habitants et la douceur de l’air qui emporte les sons électro, rock et traditionnels au long de journées sans fin…  

Sunset in Florida

Ces hasards de la vie qui nous emmènent à l’autre bout du monde. Un coucher de soleil mémorable, surréel, éblouissant. La peur des alligators à proximité de l’étang, mais l’appel de la lumière plus fort que tout. Une chaleur réconfortante, une fin aussi belle qu’un départ. Les couleurs de cette Floride resteront longtemps inscrites au fond de mon coeur. Et lorsque je regarde cette photo, il me semble encore être éblouie comme au premier soir.

葵祭 – par Faustine Urbain

Kyoto, 15 mai. Aoi Matsuri. Aoi (roses trémières) Matsuri (festival) fait partie des 3 principaux festivals de Kyoto qui nous plonge dans le Japon ancien entre chariots de boeufs, chevaux et roses trémières. Forcément, le défilé était magnifique. Mais le plus beau ce jour-là c’était lui. L’Ancien. Celui qui observe les choses à l’écart du monde et des badauds. Il a du en voir passer des défilés. Je l’imagine habitant le quartier du sanctuaire Kamigamo-Jinja depuis son enfance. Petit déjà il venait voir les chars, sur son tricycle. Aujourd’hui c’est sa canne qui le porte. Le temps file mais les coutumes restent. C’est là toute la beauté du Japon. Dans quelques heures, un autre prendra sa place. Car il faudra rentrer chez soi, se baisser (difficilement) afin de ramasser les dernières roses oubliées sur le chemin… Les cueillir, tant qu’il en est encore temps.

Les trois grâces – par Faustine Urbain

« La curiosité est un joli défaut… C’est devant la mythique salle de concert Shibuya O-East (à Tokyo) que j’ai voulu tenter l’expérience du Visual-kei. Je dois dire que, assise telle une ado sur le bord du trottoir l’œil scotché à l’objectif, j’ai eu du mal à décamper. Peut être une centaine de clichés et tout autant de cosplayers. Ces trois là me fascinaient… Leurs allées et venues, leurs cris, leurs accessoires, leurs gestes… Tout était incroyable et hors du temps. C’est peut être ça finalement assister à un concert de Visual Kei : un voyage hors du temps ! » Faustine Urbain