All posts tagged: voyage

On fait le Tour ensemble – à Tarascon

Après Pau, et Mauléon Licharre, direction la frontière espagnole, tout près d’Andorre à Tarascon sur Ariège ! Mauléon Licharre – Tarascon sur Ariège : 277 km Nous arrivons à Garanou dans un petit village de bord de départementale. Nous avons rendez-vous à l’hôtel de la Pierre Blanche, qui se trouve juste en dessous d’une grande usine dont je ne penserai jamais à demander la spécialité. Matie nous accueille Quentin et moi, mon fidèle cadreur avec qui je partage la route depuis le 17 juillet. Matie n’est pas commode, et un tour d’horizon plante le décor d’un délicieux routier familial, où les clients appèlent le tenancier par son prénom, entre photos de famille, découpes d’articles locaux et décoration bien sentie. Nous profiterons de la nuit tombée pour exploiter au mieux la déco de l’étage et remplir mon compte Instagram de quelques clichés. Garanou – Tarascon sur Ariège : 18 km Le Tour passe à l’extérieur de la ville, au dernier rond point. Le thème du jour sera le camping-car. Ils bordent les routes du Tour, d’étape en …

On fait le tour ensemble : à Loudéac !

Commence ici un long périple de près de 800km ponctué de galettes (de la mère Poulard) et de galette (à la saucisse). Dieppe – Deauville 132 km Direction la prochaine étape du tour qui passera par Loudéac, ville de 12.000 habitants située en côte d’armor. Puisque le temps est clément pour ne pas dire caniculaire, nous décidons de faire une halte par Deauville afin de fouler le sable et de se rafraîchir le temps d’une pause déjeuner les pieds dans l’eau. Autre ville, autre ambiance. Nous qui étions presque devenus familiers de Dieppe et de sa plage de galets, nous voici désormais sur des étendues de sable chaud, brûlant, slalomant entre les bouées pour atteindre une mer fort clémente. Je flâne le long des cabines et de leurs noms d’acteurs, danse au milieu des parasols. Nous déjeunons dans l’herbe avant de reprendre la route. Deauville – Mont St Michel 184 km Cette photo m’aura quasiment valu un accrochage pas drôle du tout. Voulant simplement dans ma démesure de réseau socialisme prendre un cliché au volant …

On fait le Tour à Montrécourt !

Cet été je sillonne les routes de France pour aller à la rencontre des français qui viennent sur les bords de route supporter le Tour de France. Voici le premier jour d’un journal de bord de ce périple extraordinaire. Paris – Valenciennes 211km Valenciennes – Montrécourt 18km J’ai un rapport très affectueux au Tour. Depuis ma plus tendre enfance je revois mon grand-père s’installer une fois le déjeuner terminé à l’étage, tirer une chaise à l’assise rebondissante, et s’installer pour le reste de la journée devant France 2 et ses coureurs. De vues d’hélicoptères en gros plans de pelotons, les caméras sillonnaient la France chaque fin d’après-midi, devant ma perplexité et son regard attentif. Chaque journée était ponctuée d’embrassades, de franchissement ému de ligne peinte au sol, les bras en croix. Ainsi lorsqu’on me proposait de partir sur les routes du Tour de France pour en couvrir différentes étapes, j’acceptais immédiatement pour l’expérience, la madeleine de ces étés caniculaires, et pour y être vraiment. Dans sa télé. Pour le rendre fier lui. Ma première étape à Montrécourt …

Sunset in Florida

Ces hasards de la vie qui nous emmènent à l’autre bout du monde. Un coucher de soleil mémorable, surréel, éblouissant. La peur des alligators à proximité de l’étang, mais l’appel de la lumière plus fort que tout. Une chaleur réconfortante, une fin aussi belle qu’un départ. Les couleurs de cette Floride resteront longtemps inscrites au fond de mon coeur. Et lorsque je regarde cette photo, il me semble encore être éblouie comme au premier soir.

100 finalistes en lice pour un aller simple pour Mars.

Quitter définitivement la Terre en 2024 : telle est l’incroyable (improbable ?) voyage imaginé par la mission Mars One. Ils étaient au départ plus de 200.000 personnes à proposer leur candidature pour cette folle mission et la liste des 100 finalistes vient d’être dévoilée ce lundi. Parmi ces 100 heureux élus, 24 seront retenus, entrainés et envoyés – si tout se passe « comme prévu » – « mourir sur Mars » comme le présente le Washington Post. Ce ne sont pas des astronautes ou des scientifiques qui sont en première ligne dans cette mission mais bien des « monsieur et madame tout le monde ». En clair : n’importe qui pouvait présenter sa candidature au Hollandais Mars One. Des personnes prêtes à tout laisser derrière elles pour un aller simple vers l’inconnu. Le pari fou de faire partie des premiers Terriens à fouler un sol Martien de toute évidence hostile, quand les chercheurs en sont enfin à envisager deux planètes habitables : Kepler 438b et Kepler 442b, se trouvant respectivement à 470 et 1100 années lumières de notre bonne vieille planète bleue… Si les deux …